Nous revenons ici sur le premier maire "d'origine étrangère" de La Penne, initiateur du projet d'adduction d'eau décrit dans l'article suivant :

La Penne et les « grands travaux » de la fin du XIXème siècle : l'adduction d'eau (2è partie)

- Joseph Gabriel AUQUIER, sera en exercice pendant cinq ans et décédera en fonction. Ce chef de famille originaire de Tourves dans le Var, s’était rendu acquéreur de la ferme de Bourfiers qu’il occupe avec son épouse, Louise CROUSSET et son fils EUGENE (v.1836-1883) natif aussi de Tourves. Joseph et/ou son fils feront entièrement rénover la bastide pour lui donner son allure « bourgeoise » actuelle. L’exploitation des terres était assurée par un fermier, probablement un DAUMAS avec sa famille.

- EUGENE le fils, épouse Louise Françoise VERAN mais il décède à 47 ans et on ne lui connaît pas de descendance. Un lien est probablement à établir entre le patronyme de la belle-famille et la famille VERAN qui, encore après la Seconde Guerre Mondiale posséda une maison au quartier de La Gagière et au plus près de Bourfiers. Après les AUQUIER la ferme fut achetée par une nouvelle famille, celle des PIN dont le chef était un grand amateur de chasses. Son fils FREDERIC (1884-1956) docteur en médecine, en hérita. Mais ce nouveau lignage va brutalement s’interrompre. En effet le fils unique de ce dernier, ALEXANDRE FREDERIC (1926-1944) est mort pour la France. Sous-lieutenant F.F.I., il fut tué au cours des combats de la Libération dans un maquis du Cantal. Sa dépouille repose au cimetière de La Penne, au coté de son père, dans un caveau que les familles AUQUIER et PIN aujourd’hui disparues, partagent. Ainsi se tourne une page de l’histoire de Bourfiers.