Rappelons que Le Comité du Souvenir Français est une association reconnue d'utilité publique fondée en 1887, après la guerre de franco-prussienne de 1870. Défaite sur le terrain, la France du second empire devait concéder au Reich Allemand l'Alsace et la Lorraine.

Cependant, pour les habitants des régions concernées, et malgré l'occupation allemande, le sentiment national français dominait largement. Ils refusaient l'ordre établi du IIè Reich. Ils s'attelaient à honorer la mémoire des leurs tombés pour la France, fleurissant leurs tombes, mais aussi en y déposant des cocardes tricolores. Ils entretinrent ainsi avec nostalgie le souvenir de leur passé "français", et leur attachement à la patrie.

En 1887 Xavier Niessen, fonda l'association investie de trois missions :

  • Conserver le souvenir de ceux qui sont morts pour la France
  • Entretenir les monuments élevés à leur gloire
  • Transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives

L'association s'imposa rapidement, fédérant alsaciens, lorrains et "français de l'intérieur", autour de l'entretient des 88000 tombes des soldats morts pour la France en 1870.

Bien que l'Alsace et la Lorraine retournèrent dans la République Française à l'issue de la grande guerre, le Comité du Souvenir Français continua son action : il fallait s'occuper des sépultures et de la mémoires des 1 700 000 soldats tombés pour la France entre 1914 et 1918.

Aujourd'hui, l'une des doyennes des associations françaises compte 130 000 membres, répartis en près de 1500 comités locaux.

Le comité pennois, longtemps présidé par l'aviateur César Conil, n'était plus actif depuis 2 ans. Son président, nonagénère, n'avait trouvé personne apte à lui succéder.

La Penne a pourtant donné un nombre disproportionné de ses enfants pour La France (essentiellement en 1870 et 14-18) et compte trois monuments ou stèles leurs étant consacrés.

Sous l'impulsion de Roger Saule et Michel Jeannot le Comité du Souvenir Français de La Penne a été relancé début 2008. Sensibilisant les plus jeunes générations, ils ont constitué avec eux un nouveau bureau.

Ce 8 mai 2008 au matin, en compagnie de Mr Durando, du Comité du Souvenir Français de Roquestéron et de Mr Velay, conseiller général, ils ont donc honoré la mémoire des deux résistants pugétois abattus le 3 mai 44 aux Combes et au Col de Saint Raphaël, puis la mémoire des victimes des guerres, devant le monument consacré aux Morts pour la France du village.

L'apéritif qui suivit fût l'occasion pour le président Roger Saule de recruter de nouveaux membres. Leurs cotisations, ainsi que les divers dons reçus (des habitants, des entreprises pennoises, du comité des Fêtes ou de la municipalité) permettront au Comité du Souvenir Français de respecter son engagement d'entretien des monuments et de sensibilisation. Il reste en effet des aménagements à réaliser aux abords de certaines stèles qui pourront enfin l'être rapidement grâce à ces fonds.